Des nouvelles du futur ! L’ennui pose problème chez les ultra-aîné·e·s

Cet article a initialement paru dans la Gazette mondiale, un journal satirique de l’an 2030 publié par ISF Canada. La Gazette mondiale propose une vision positive de l’avenir, et c’est avec humour et imagination qu’elle tient les gens informés, les inspire et les motive à bâtir un monde meilleur pour tous et toutes. Pour en savoir plus et passer à l’action par l’entremise de la campagne Allô 2030, rendez-vous sur allo2030.ca !

« Je suis revenue de l’Argentine la semaine dernière, ce qui fait que je suis maintenant allée deux fois dans chaque pays », annonce Marjorie Adams, âgée de 120 ans et fondatrice de la Société des ultra-aîné·e·s.

La société organise des aventures pour la nouvelle génération d’ultra-aîné·e·s, puisque les gens vivent de plus en plus au-delà de l’âge de 100 ans.

« Maintenant que tout le monde vit plus longtemps et reste en santé, nous devons garder notre esprit et notre corps actifs. Cependant, nos enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et arrière-arrière-petits-enfants sont occupés et, après avoir vécu plus d’une centaine d’années, certains d’entre nous se voient à court de passe-temps », indique Marjorie Adams. « J’ai donc créé ce groupe afin que les ultras-aîné·e·s puissent interagir et avoir du
plaisir. »

Les activités de la société se composent de voyages, de sports extrêmes, d’artisanat compétitif ainsi que d’activités plus relaxantes, comme des clubs de café, des cours universitaires avancés et des croisières dans l’espace avec bon nombre d’ami·e·s de partout dans le monde grâce à la réalité virtuelle.

Puisque l’ensemble des maladies et des problèmes de santé ont été éliminés en 2025, en majeure partie grâce à l’accès à des soins de santé universels et abordables, tous et toutes n’ont jamais été autant en santé. Cependant, les ultra-aîné·e·s font face à un nouveau problème : l’ennui.

Ce n’est pas surprenant que 100 nouvelles sections de la Société aient vu le jour au cours des cinq dernières années », ajoute Adams. « Avant la fondation de la société, j’étais assise chez moi et je perpétuais la routine. Maintenant, chaque jour m’apporte du nouveau. »

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now