#Partisaneriedecôté

L’année 2015 fut marquée par le dénigrement et la rivalité des partisans à l’égard des élections fédérales canadiennes. De partout au pays, les Canadiens et les Canadiennes ont invité chacun des partis à mettre la #Partisaneriedecôté afin de témoigner leur soutien à ce que le Canada s’engage davantage envers la réduction de la pauvreté mondiale.

Comme le montrent les données d’un sondage réalisé à la demande d’ISF, la majorité des citoyens et citoyennes du Canada sont d’accord pour que leur pays contribue à la création d’opportunités chez les gens qui vivent dans les pays les plus pauvres au monde. L’unification et l’amplification de la voix de cette base politique canadienne, tout juste avant les élections de 2015, pourraient avoir comme effet de galvaniser la volonté politique d’accroitre le leadership canadien lors de la 42e législature du Canada.

Pour atteindre ce but, la campagne #Partisaneriedecôté cherchait à faire deux choses :

  • Favoriser le soutien des décideurs et des futurs membres de la 42e législature en vue d’augmenter le budget de 2016 pour la Loi sur la responsabilité en matière d’aide publique au développement (APD) en mettant en valeur le niveau élevé d’entraide entre Canadiens et Canadiennes.
  • Démontrer une « communauté canadienne » grandissante de partisans et partisanes du développement international tout en coordonnant l’éducation régionale, la formation, les médias ainsi que la possibilité de sensibiliser ces derniers.

Recommandations de #Partisaneriedecôté pour la 42e législature du Canada

En plus d’utiliser le mot-clic #Partisaneriedecôté à l’approche des élections de 2015, les membres d’ISF et d’autres Canadiens et Canadiennes de partout au pays ont demandé à ce que la 42e législature du Canada soit basée sur les niveaux précédents de la Loi sur la responsabilité en matière d’aide publique au développement (APD) des manières suivantes :

  1. S’engager à retourner, lors du budget fédéral de 2016, à un budget pour l’APD au moins égal au total moyen accordé par les pays membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). En 2014, le Canada a dépensé 0,24 % du revenu national brut (RNB) sur l’APD contre une moyenne de 0,29 % pour les autres pays membres de l’OCDE.
  2. Accroître le rôle de leadership du pays dans la lutte contre la pauvreté mondiale en espérant dépasser le niveau de 0,34 % du RNB du Canada des années 2005 et 2010, et ce, avant la fin de la 42e législature ; un pas en avant pour un jour atteindre le 0,70 % des Nations Unies.
  3. S’engager à maintenir les objectifs principaux de l’APD : réduire la pauvreté chez les plus pauvres de l’Afrique subsaharienne et augmenter le financement destiné aux pays les plus pauvres du monde.

Faits importants concernant la campagne électorale.

  • 94 % des Canadiens et Canadiennes affirment qu’il est important d’améliorer les soins de santé, l’éducation ainsi que les possibilités économiques des pays les plus pauvres.
  • L’aide étrangère a permis de nombreux progrès dans la lutte contre la pauvreté mondiale ; le nombre d’enfants mourant de maladies évitables est passé de 17 millions en 1990 à 7 millions en 2013 en plus d’avoir pratiquement éradiqué la polio dans le monde entier. Toutefois, il en reste beaucoup à faire ; du financement supplémentaire sera nécessaire.
  • La majorité des Canadiens et Canadiennes (62 %) sont d’avis que le Canada devrait être l’un des principaux pays à contribuer au développement international.
Donate Now

Help us build a better world

Donate Now