Se sentir bien en faisant le bien

Nous avons récemment réuni des amis d’ISF, de l’A100, de la Fondation DKM et d’Innovate Calgary au tout dernier étage du cSpace, pour une soirée de discussion portant sur le thème « Se sentir bien en faisant le bien » ainsi que sur le renouvellement de nos économies. Le panel était constitué de moi-même, Boris Martin, PDG d’ISF, d’Evan Hu, créateur d’entreprises en série, investisseur et président de Calgary Technologies Inc., ainsi que de Cynthia van Sundert, directrice générale de A100. Si vous avez manqué la rencontre, j’en suis désolé. C’était très agréable, la nourriture était délicieuse, le vin gratuit, la compagnie excellente et la vue magnifique. Nous recommencerons, je vous le promets, et nous vous inviterons peut-être si vous finissez de lire ce billet de blogue !*

La soirée en entier a été une rencontre incroyable. Evan et Cynthia ont tous deux de l’expérience dans la promotion du renouveau économique à Calgary, tout comme moi en Afrique subsaharienne. Ce sont nos convictions et réalités communes qui nous ont rassemblés.

Notre conviction commune : l’entrepreneuriat a beaucoup à offrir lorsqu’il s’agit d’améliorer le bien-être de nos collectivités. À Calgary, l’écosystème de l’entrepreneuriat technologique offre l’espoir d’un avenir économique diversifié : un avenir où un plus grand nombre de familles auront des emplois stables et seront moins vulnérables aux inconstances d’une poignée de secteurs dominants.

« L’Alberta possède un merveilleux écosystème entrepreneurial en pleine croissance, qui regorge d’entrepreneur·e·s motivé·e·s, mais il y a encore quelques éléments importants à améliorer, comme notre talent technologique, notre capital de risque et notre profil mondial », a affirmé van Sundert. « Nous commençons à créer de nouvelles entreprises, mais nous devons aussi aider les entreprises en démarrage existantes à prendre de l’expansion et à faire des progrès. Il est maintenant temps d’accélérer la croissance des entreprises technologiques à l’échelle mondiale. »

En Afrique, l’entrepreneuriat technologique offre l’espoir de répondre aux besoins fondamentaux des personnes vivant dans la pauvreté à grande échelle. On parle de besoins tels qu’une meilleure éducation, la production alimentaire, le logement et l’énergie. L’entrepreneuriat est différent de la charité traditionnelle, en ce sens qu’il peut apporter des changements exponentiels et qu’il est doté d’un moteur de ressources intégré : il continue même lorsque les subventions disparaissent.

GreenPath Food, par exemple, est une entreprise en démarrage éthiopienne, soutenue par ISF, qui s’approvisionne en produits de haute qualité auprès de petites exploitations agricoles et qui vend ces produits sur les marchés internationaux. GreenPath élimine ainsi les obstacles qui empêchent les millions de petites exploitations agricoles du pays d’accéder aux principaux marchés mondiaux. Grâce à son modèle d’entreprise sociale, GreenPath a été en mesure d’augmenter jusqu’à 10 fois les revenus de ses partenaires et de contribuer à rendre les petites exploitations agricoles plus durables sur les plans environnemental et économique. L’entreprise vient de hausser son investissement de série A, ce qui lui permet d’accroître ses activités actuelles et de s’implanter sur de nouveaux sites en Éthiopie, en plus de bonifier les moyens de subsistance d’un nombre encore plus grand de familles vivant de l’agriculture.

Une réalité partagée : les technologies émergentes comme l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, les mégadonnées, les services financiers mobiles et les monnaies virtuelles offrent des possibilités radicalement nouvelles qui étaient inimaginables il y a à peine 10 ans.

Cette révolution touche la vie de tout le monde, que vous soyez à Nairobi ou à Calgary, à Accra ou à Toronto. Aujourd’hui, les technologies exponentielles permettent de résoudre des problèmes majeurs bien implantés.

Indépendamment de la ville et du continent, il importe de savoir qui peut se lancer en entrepreneuriat. Le panel a souligné comment, dans toutes les régions géographiques, ce sont souvent les personnes lancées en entrepreneuriat qui ont elles-mêmes vécu des situations d’inégalité et d’exclusion qui, à partir de leur expérience, sont motivées à créer des entreprises durables et inclusives. Pourtant, dans toutes les villes, ce sont souvent ces mêmes personnes qui sont sous-estimées par les compagnies d’investissement traditionnelles.

Cette révolution technologique fait peut-être (je dis bien peut-être) en sorte que l’Afrique et le Canada ne sont pas aussi différents qu’ils en ont l’air. Lorsqu’il s’agit de revisiter nos économies, notre avenir est lié. Il est peut-être temps que nous commencions à innover ensemble.

*Si vous aimeriez participer à nos prochains événements, abonnez-vous à nos notifications par courriel !

Vous souhaitez continuer la conversation ? Connectez-vous avec les panélistes de « Se sentir bien en faisant le bien » sur Twitter !

Cynthia Van Sundert – Cynthia est actuellement directrice générale de A100, la communauté albertaine des fondateurs, des fondatrices et des dirigeant·e·s chevronné·e·s en technologies. Cynthia a passé sa carrière dans des écosystèmes sans but lucratif, combinant sa passion pour ce qui est nouveau et innovateur à son amour des arts et son désir de redonner à la collectivité. Sa vaste expérience couvre les arts symphoniques (Orchestre symphonique de Montréal et Orchestre philharmonique de Calgary), le TMX (Bourse de Montréal) et la communauté entrepreneuriale en démarrage (CTI, Tynt, Chaordix, Kudos), ce qui lui confère une grande polyvalence et une capacité d’adaptation aux environnements et aux industries complexes.

Evan Hu — Evan est un créateur d’entreprises en série et mentor en gestion. Il est le fondateur de plusieurs entreprises en démarrage, dont OmniLogic, MapleMusic et Ideaca. Boursier de Rainforest AB et membre de A100 et du Engineering Change Lab, il est actif au sein de la communauté canadienne des entreprises en démarrage comme investisseur providentiel, éducateur et bénévole. Il est à la présidence de Calgary Technologies Inc. et est co-fondateur et associé du G7 au Creative Destruction Lab.

Boris Martin — Boris est directeur général d’Ingénieurs sans frontières Canada. La mission d’ISF est de rassembler des gens et des idées pour s’attaquer aux causes fondamentales de la pauvreté et des inégalités. L’organisme investit dans des entreprises sociales qui tirent parti du pouvoir des technologies émergentes, des modèles d’affaires novateurs, de l’innovation sociale et du savoir-faire en matière de justice sociale pour générer des retombées durables et transformatives au sein des collectivités qui en ont le plus besoin. ISF est également devenu une communauté mondiale de jeunes leaders à l’esprit systémique au Canada et à l’étranger, qui appuie l’innovation et préconise des politiques qui s’attaquent aux causes fondamentales de la pauvreté et des inégalités.

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now