Journée sur la Colline d’ISF : dans les coulisses du plaidoyer en faveur de l’IFD du Canada

Depuis 2013, Ingénieurs sans frontières (ISF) défend les actions canadiennes en matière de financement du développement ainsi que la mission de ce dernier. Son opérationnalisation dans le budget de 2017 est une réussite politique et l’accomplissement d’efforts et d’années de lobbyisme entourant l’IFD. L’engagement envers l’IFD, compte tenu de son potentiel pour remédier au « chaînon manquant » (ou « déficit de financement »), vaut la peine d’être célébré tant sur le plan organisationnel que personnel.

Faire campagne sur la Colline du Parlement

J’ai eu le privilège de participer à la Journée d’action (alias la Journée sur la Colline) qu’ISF avait organisée l’année dernière. C’était l’occasion de faire pression en faveur d’une politique qui, à mon avis, était nécessaire et de me faire entendre en tant que citoyenne active. À ce moment‑là, nous ne nous attendions pas à ce que, dix mois plus tard, le gouvernement s’engage à mettre en place une Institution de financement du développement.

Je me souviens de la Journée sur la Colline comme d’une soirée pyjama productive. Pour nous préparer aux rencontres avec les député·e·s, nous avons passé une journée complète à un camp d’entraînement de plaidoyer constitué d’une série d’ateliers et de présentations. Après le camp d’entraînement, nous sommes resté·e·s éveillé·e·s toute la nuit dans nos dortoirs à rechercher des études de cas, à s’exercer à communiquer notre demande de façon concise et à simuler des rencontres à la fois avec et sans une minuterie.

Le jour suivant, j’avais deux rencontres à mon horaire : une avec le député Francesco Sorbara et une autre avec le député Bob Saroya. Au départ, on sentait que mon discours manquait d’intensité, mais, avec l’aide de mon camarade de la Journée sur la Colline, j’ai été en mesure de couvrir calmement tous les points de discussion avant la fin de chaque rencontre. Je me souviens de m’être sentie soulagée et fière quand M. Sorbara m’a dit doucement qu’il pourrait s’agir de quelque chose qui vaut la peine d’être approfondi, tout en notant « initiative de financement du développement » sur un bloc‑notes. Alors qu’il se dépêchait de partir pour son prochain rendez‑vous, il a mis le bloc‑notes dans la pochette intérieure de son veston. C’est à ce moment que j’ai su que la note serait conservée. Selon moi, nous avons réussi, d’une manière ou d’une autre, à faire passer le message malgré les quelques bégaiements et dérapages. Avec du recul, je pense que c’est notre enthousiasme collectif et notre conviction sincère qui ont montré à quel point c’était important.

Je suis reconnaissante envers les député·e·s qui se sont montrés patients et patientes envers nous et qui sont resté·e·s à l’écoute tout au long de la rencontre. Je vais envoyer à nos représentant·e·s élu·e·s un courriel de remerciements qui souligne leur engagement et je vous encourage à faire de même.

Je suis également reconnaissante envers la communauté d’ISF pour ses efforts. Ma contribution personnelle à l’IFD représente moins qu’une petite pièce de casse‑tête. Ce sont les recherches, les initiatives et le leadership de la communauté qui ont servi de colonne vertébrale au plaidoyer en faveur de l’IFD et cette victoire est le résultat de leur dévouement et de leur persévérance.

Ce que cette victoire représente pour moi

Le budget fédéral de 2017 tient compte d’un large éventail d’enjeux allant de l’égalité des genres à la croissance économique durable. Même si les investissements publics ne constituent pas des solutions immédiates, ils témoignent d’un engagement significatif envers les enjeux auxquels ils s’attaquent. Cela dit, je suis ravie de découvrir qu’avec le budget de 2017, le gouvernement s’est engagé à instaurer au Canada l’Institution de financement du développement (IFD).

Le budget de 2017 est également un moment inspirant, car, en tant que citoyens et citoyennes du Canada, nous avons le privilège de prendre part à un développement durable mondial. Même s’il restera toujours du travail à faire pour réduire la pauvreté, tant locale que mondiale, l’engagement envers l’IFD constitue un progrès important. Toutefois, sa mise en œuvre doit continuer à se faire dans la transparence et la responsabilité.

Il s’agit aussi d’un rappel que certaines causes en valent la peine même si la satisfaction n’est pas garantie. En d’autres termes, cela souligne l’importance de la participation citoyenne pour aider à faire avancer les enjeux qui nous tiennent le plus à cœur. J’espère sincèrement que d’autres personnes partagent ce sentiment et que nous ne passerons pas à côté de cette leçon alors que nous célébrons cette victoire politique.

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now