Des nouvelles du futur ! Plus d’hommes choisissent de rester au foyer, rapporte un sondage sur la main d’oeuvre

Cet article a initialement paru dans la Gazette mondiale, un journal satirique de l’an 2030 publié par ISF Canada. La Gazette mondiale propose une vision positive de l’avenir, et c’est avec humour et imagination qu’elle tient les gens informés, les inspire et les motive à bâtir un monde meilleur pour tous et toutes. Pour en savoir plus et passer à l’action par l’entremise de la campagne Allô 2030, rendez-vous sur allo2030.ca !

Adam se lève à 6 h pour réconforter sa petite Fahmida, 9 mois. Son fils de 3 ans, Max, et sa fille de 7 ans, Aisha, se lèvent peu temps après pour déjeuner. « J’essaie de laisser Roshana dormir un peu plus longtemps », dit-il en parlant de sa femme, avec qui il partage sa vie depuis 6 ans. « Elle travaille de si longues heures au bureau. »

Adam fait partie du mouvement grandissant d’hommes qui, après l’implantation du Programme de compensation pour le travail domestique, a choisi d’être un homme au foyer. Le programme gouvernemental, lancé en janvier 2028, offre un montant forfaitaire de 42,75 $ de l’heure pour huit heures de travail domestique, dont font partie les soins aux enfants, le ménage et la cuisine. Un résultat intéressant de ce programme est que la participation des hommes au marché du travail (en dehors de la maison) a diminué de 13 %, selon le dernier sondage sur la main d’oeuvre.

« Nous avons milité pour ce programme pendant des décennies, » souligne Jo Rodrigues, directrice générale de l’Initiative pour un travail équitable. « La rémunération du travail domestique a été l’un des principaux enjeux féministes depuis les années 1960. Ce que nous n’avions pas anticipé, c’est que cela suffirait à rendre le travail domestique attirant pour une grande proportion d’hommes. »

Adam fait partie du club des hommes au foyer de Hamilton, en Ontario. Salim, qui travaillait comme actuaire, Manuel, un ancien avocat, et Pierre, qui travaillait dans le commerce de détail, rassemblent tous leurs enfants dans un café local, disposant d’un terrain de jeux intérieur, de deux à trois matins par semaine.

« Je n’aurais jamais considéré travailler comme homme au foyer avant le Programme, mais celui-ci m’a permis de m’évader de ma carrière stressante en droit et de continuer de bénéficier d’un revenu satisfaisant, » dit Manuel. « Tout compte fait, le travail domestique s’avère vraiment très difficile, mais j’adore ça! C’est tellement plus valorisant de passer ma journée à observer mes enfants découvrir le monde que de défendre des bandits à cravate. »

Bien qu’elle accueille favorablement l’intérêt renouvelé d’Adam envers le travail domestique et qu’elle est reconnaissante du revenu supplémentaire gagné grâce au programme, Roshana n’est pas toujours certaine de cette entente. « J’ai choisi de conserver mon emploi car il me passionne et je suis contente de savoir que quelqu’un reste avec les enfants maintenant. J’aurais seulement souhaité qu’Adam ait montré un peu plus d’intérêt envers ce travail avant qu’il soit rémunéré à 40 dollars de l’heure. »

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now