Des nouvelles du futur ! Le monde atteint le zéro pauvreté

Cet article a initialement paru dans la Gazette mondiale, un journal satirique de l’an 2030 publié par ISF Canada. La Gazette mondiale propose une vision positive de l’avenir, et c’est avec humour et imagination qu’elle tient les gens informés, les inspire et les motive à bâtir un monde meilleur pour tous et toutes. Pour en savoir plus et passer à l’action par l’entremise de la campagne Allô 2030, rendez-vous sur allo2030.ca !

La dernière personne au monde qui vivait sous le seuil de la pauvreté international avec 1,90 $ par jour a officiellement échappé à la pauvreté aujourd’hui.

Vinita Kumari a été choisie par les Nations Unies pour être l’une des personnes au monde à représenter symboliquement cette étape historique du développement mondial.

C’est sous les feux des projecteurs à la banque de Maharashtra que Kumari a reçu son premier chèque de paie mensuel samedi, un peu passé midi.

« C’est incroyable », dit-elle, attrapant son chèque. « Je ne peux pas croire que j’ai enfin un emploi qui est bien rémunéré. Il était temps. » Kumari a été embauchée plus tôt ce mois-ci en tant que productrice associée dans une ferme laitière biologique à Dhule, autrefois un des quartiers les plus pauvres de l’Inde.

Elle a été rencontrée par des représentant·e·s des Nations Unies, qui ont nommé le 20 janvier la Journée zéro pauvreté pour célébrer les efforts mondiaux qui ont mené à la fin de la pauvreté extrême dans le monde. L’exactitude de cette date a été remise en question, certains experts prétendant que cette date historique avait déjà été atteinte l’année dernière.

De 2015 à 2030, plus de 736 millions de personnes ont échappé à la pauvreté extrême, atteignant la cible des objectifs de développement durable de 2030. « C’est sans aucun doute la plus grande réussite de notre génération », mentionne la Secrétaire générale de l’ONU, Shivani Patel.

« Le rythme de la réduction de la pauvreté a ralenti autour de 2018 », ajoute-t-elle, « mais les gens les plus riches du monde ont décidé d’investir leur argent au bénéfice des plus pauvres. C’est ce qui a fait la différence. »

« J’ai investi des millions dans les entreprises sociales d’Ingénieurs sans frontières », fait remarquer Cash Monay, en référence au fonds d’investissement à retombées sociales créé par Ingénieurs sans frontières Canada en 2019. « Je n’ai pas récupéré tout mon argent, mais, hé, j’ai aidé à mettre un frein à la pauvreté dans le monde. À quel point c’est cool? »

Monay était l’homme le plus riche au monde et a gagné le prix Nobel de la paix en 2029 pour ses efforts pour contrer la pauvreté mondiale et les inégalités.

« L’année qui a tout changé est celle de 2019 », se souvient Marlene Anderson, la ministre canadienne des Finances. « C’était la première fois que la fortune des millionnaires canadiens demeurait stable à cause de leurs investissements et n’augmentait pas de 28 millions de dollars annuellement comme elles le faisaient avant. »

Cette même année, le Canada a institué les soins universels aux enfants et a sorti 4,9 millions de Canadiens et Canadiennes de la pauvreté relative.

Aujourd’hui, toutes les classes de la société à travers le monde voient leur fortune augmenter à nouveau, et le nombre de personnes qui joignent le rang des millionnaires augmente aussi. Environ 97 % de la population mondiale a des actifs nets au-dessus d’un million de dollars, selon la Banque mondiale.

De retour en Inde, les représentants de l’ONU ont présenté un bouquet de fleurs à Kumari ainsi qu’un certificat signé par la Secrétaire générale. Kumari a l’intention d’investir une partie de son revenu dans un fonds d’investissement à retombées sociales ayant pour but d’améliorer la qualité de vie de la population grandissante de centenaires.

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now