Communiqué : ISF réagit à l’annonce du Premier Ministre sur l’institution de financement du développement

Toronto, le 5 mai 2017. – Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la création de l’institution de financement du développement (IFD) du Canada à Montréal. En réaction à cette annonce, Ingénieurs sans frontières (ISF) a diffusé un communiqué émis par James Haga, vice-président, Stratégie et investissement :

« Nous sommes heureux d’apprendre aujourd’hui que le gouvernement prend des mesures supplémentaires pour mettre en œuvre l’IFD du Canada en vue de fournir davantage de ressources et d’expertise indispensables à la lutte contre la pauvreté mondiale avec la participation des jeunes et des femmes entrepreneures. ISF soutient cette approche depuis 2013 et appuie l’IFD en tant que véhicule d’investissement crucial qui permettra à notre gouvernement de combler les lacunes de financement par le secteur privé tout en rassemblant une variété d’investisseurs désireux de tirer parti des possibilités des marchés frontaliers et des marchés en développement.

Nous saluons le Canada d’avoir adopté cette approche pour lutter contre la pauvreté et de soutenir les entreprises dirigées par des femmes et des jeunes, notamment en ce qui concerne l’engagement du pays à atteindre les personnes les plus pauvres et vulnérables. Pour ce faire, il est toutefois nécessaire d’apporter un soutien considérable aux entreprises à retombées sociales, voie sur laquelle la plupart des IFD n’ont pas encore osé s’aventurer. Pourtant, bien que le Canada soit le dernier des pays membres du G7 à créer une IFD, il ferait preuve de leadership et d’innovation s’il demandait à son institution d’investir dans plusieurs types d’entreprises en accordant une partie du portefeuille au soutien d’entreprises en démarrage à retombées sociales qui répondent aux besoins des populations les plus pauvres et inaccessibles.

Alors que la plupart des IFD se concentrent sur les investissements qui donnent des rendements commerciaux raisonnables et qui créent de l’emploi, nous espérons que le Canada structure l’IFD en adoptant une approche plus tolérante face aux risques par la diversification de son portefeuille. Nous nous attendons à voir des investissements dans des entreprises en démarrage capables d’élaborer des modèles commerciaux adaptables et orientés sur les retombées sociales, et ce, au profit des personnes les plus pauvres et vulnérables, exclues du contexte économique actuel sur le plan systémique. Nous demandons au Canada d’y consacrer 15 % des 300 millions de dollars affectés à l’IFD.

De concert avec un programme d’aide internationale bien géré, il est possible que cette IFD engendre un effet important sur les efforts pour réduire les inégalités et la pauvreté persistante. »

– 30 –

Pour plus d’information :
EWB Backgrounder on DFI (2017)

Source :
Weiwei Su
Ingénieurs sans frontières
weiweisu@ewb.ca
416 939-9662

Donate Now

Help us build a better world

Donate Now